21 Septembre 2017
Cliquez ici pour accéder à votre compte.
 

 

 

Nos flashes d'informations vous tiennent au courant de l'actualité du site.

autres pages : 1 2 3 4 5 6 7 | suiv.
ICI LA BOUTIQUE DES PRODUITS DE L'AVEYRON
L'AVEYRON VIVRE VRAI !
DOMAINE JEAN LUC MATHA
UNE HISTOIRE...de CARACTERES.

C'est en 1975, grâce à un père passionné que Jean-Luc Matha choisit de reprendre et de développer la petite exploitation familiale.
Jean-Luc Matha fait partie de ces hommes que l'on a plaisir à rencontrer. Un homme façonné par son pays, par son travail de la vigne, par l'amour qu'il porte à son métier de vigneron...

Quelques minutes partagées avec lui dans son caveau de dégustation et l'on est fasciné par la passion qui se dégage de cet homme. Il parle de son vin comme un artiste peintre ou sculpteur parlerait de son art. On en serait presque à oublier toute la rudesse du labeur, qui a donné naissance à son vin.



Amoureux du geste vigneron et respectueux de la nature, Jean-Luc Matha griffe ses vignes afin d'en aérer le sol et n'apporte que des matières organiques et des minéraux. L'exposition et la rusticité du cépage limitent les traitements : la vigne met à profit de telles attentions.

Le Fer Sarvadou, sur les côteaux aménagés en terrasses, aux allures montagnardes, mûrit tardivement pour donner un vin reconnaissable entre tous : le Mansois.

Afin de préserver la qualité des grappes, la vendange est totalement manuelle et les raisins sont triés au besoin. Après égrappage, les grains en cuve de fermentation libèrent tous leurs arômes de fruits rouges et noirs qui font l'authenticité du Fer Servadou, seul cépage de l'appellation : c'est ici, dans le secret de sa cave que Jean-Luc Matha touche à l'art pour extraire "le sang de la terre".



Dans le vin de Jean-Luc Matha, il y a bien plus que la complexe et lente élaboration d'un produit de qualité. Il y a tout à la fois : le souvenir et le respect des anciens, ceux qui ont commencé il y a des centaines d'années à apprivoiser ces terres alors hostiles du rougier ; tous les parfums, toutes les couleurs, toutes les nuances, toute la force et la douceur de ce pays.


Marcillac-Vallon,mon village
Marcillac-Vallon,
mon village

Oh, mon village, toi la perle du vallon,
Joyau niché dans ce beau pays d’Aveyron,
Sur le parchemin, je grave ton âme et ton cœur,
Expression d’un vrai désir et d’un grand bonheur.

Oh, Marcillac, dans tes habits couleur terroir
Tu diffuses la vie, la chaleur et l’espoir,
Et dans ce grand jardin de prés et de vignes,
Telle une star, tu te montres beau et digne.

Ton clocher rougeoyant parade dans l’azur,
Trait d’union sacré entre ciel et verdure,
Témoin sans âge du labeur du vigneron,
La voix d’Eternel qui donne foi et passion.

Tes chaumières sentent bon l’amour et l’antan,
Murs chargés d’Histoire, héritage du sang,
Foyers emprunts de peine, de sueur et de joie,
Parfums paysans dans la cité du mansois.

Dans tes rues et sur tes places, court la vie,
Le soleil réchauffe les cœurs et donne envie,
Dans la fraîcheur des caves, sommeille le vin,
Breuvage béni, fruit de l’homme et du raisin.

Les saisons sont pour toi un émerveillement,
A chacune d’elles, tu offres tous tes présents,
Tu aimes la vie, jamais tu ne te lasses,
Et chaque jour, tu défies le temps qui passe.

Le dimanche, chez toi, tout est allégresse,
Tes enfants sont là, dans la rue, à la messe,
Oh, Marcillac, noble cité des vignerons,
Je veux chanter ton nom des vendanges aux moissons.

Ami, toi qui découvres ces quelques lignes,
Viens dans mon beau village, au pied des vignes,
Il est tout en majesté, le roi du vallon,
Oh, Marcillac, cité vénérée d’Aveyron.
Marc GANRY
23/11/2

Il habite "Le Petit Versailles" et il vous en parle, c'est un poète MARC GANDY !
Le petit Versailles

Le Petit Versailles, quel joli nom !
Serait-ce une idée du bon roi Soleil ?
Grand honneur pour ce lieu-dit d’Aveyron,
Pays divin qui n’a pas son pareil !

C’est dans la verte vallée du Cruou,
Aux flans, jadis, ornés de terrasses,
Paradis pour la vigne et le coucou,
Que je bois, sans soif, le temps qui passe.

Le Petit Versailles, tout en beauté,
Y parade, gardien de la mémoire ;
Ses riches chaumières content le passé,
D’humbles châteaux aux murs chargés d’Histoire.

De grandes et de belles demeures
Aux pierres patinées par les saisons,
Parfumées par le raisin et la sueur,
Cœurs de vie des laborieux vignerons.

Des Hommes, purs produits de la terre,
Des âmes pieuses, dures mais dignes,
Redoutant les vendanges amères,
Mais des corps tout dévoués à la vigne.

Sur les coteaux aujourd’hui désertés,
Les souches sacrées font place aux broussailles.
Dans les fermes, la vie s’est arrêtée.
Triste constat. J’ai mal aux entrailles.

Le Petit Versailles, quel joli nom !
Sa Majesté y serait-elle venue ?
Nenni ! Mais y avait un Petit Trianon !
Vague sosie, depuis des ans disparu.

Ami, en visite dans l’Aveyron,
Je sais un Eden, faut que tu y ailles !
Et ce vers en guise d’invitation :
« Vallée du Cruou – Le Petit Versailles »

Tu aimeras ces décors de douceurs,
Ces maisons d’antan, contemporaines aussi.
Et quand les gens t’ouvriront grand leur cœur,
Par ce royal lieu-dit, tu seras séduit.



Les premiers rayons saluent Dame Nature,

Appels à la vie sur le versant du soleil.

Le rideau se lève sur un lagon de verdure,

A Valady village, le clocher sonne le réveil.



La brume met son plus beau voile et s’en va,

Spectacle grandiose en ce matin d’automne.

Dans le vallon, les besogneux vont d’un bon pas,

Bacchus sait que la vendange sera bonne.



Les vignes, tout en majesté, offrent leur corps,

Sacrifices rituels voulus par l’Eternel.

Un temps pour cueillir le fruit de tous les efforts,

Joyau façonné par la Terre, l’Homme et le Ciel.



Suprême récompense pour son bienfaiteur,

Salaire mérité du travail et de la passion,

Instants indicibles où baigne un grand bonheur,

Les raisins resplendissent, jour de fête en Aveyron.



Octobre qui expose de bien jolies aquarelles,

Saison magique aux parfums tièdes et sucrés.

Les couleurs se marient dans les parcelles,

Eden où fusent des rires et des cris de gaieté.



Satisfaction intense pour le vigneron,

Rythmée joyeusement par le cliquetis des ciseaux.

Le maître des lieux savoure ce moment fécond,

La bonne humeur inonde les verts coteaux.



Les paniers semblent de grandes coupes de fruits,

De belles grappes joufflues qui deviendront breuvage.

Merci, mon Dieu pour ces vendanges réussies,

Dans l’azur, les oiseaux diffusent le message.



La cave accueille le mansois avec grand bonheur.

Divin nectar élevé au domaine de Ladrecht.

Puis quand vient le soir, ils sont fourbus les vendangeurs,

Cœurs et âmes vaillants tout dévoués à leur chef.



Sur les versants ombragés, les vignes gémissent,

Mamans blessées, pleurant leur progéniture.

Souffrance légitime pour les nourrices,

Toi, Marcillac, prince des vins, apaise leurs blessures.



Oh ! vin soyeux à la robe rubis foncé teinté de violet,

Tu mérites sans ambages respect et reconnaissance.

Porte haut et loin, ton appellation d’origine contrôlée,

Oui, Marcillac, tu es fierté, grandeur et prestance.

Marc GANRY

07/10/2009


la fête de la St Bourrou
Chaque lundi de Pentecôte à Marcillac est célébrée la Saint Bourrou, fête païenne au cours de laquelle se perpétue la tradition de bénir les bourgeons de la vigne. A l’époque, tous les anciens emportaient comme souvenir de cette journée du vin et du Soleil.




autres pages : 1 2 3 4 5 6 7 | suiv.
Votre panier est vide !
Faites connaître cette boutique à un ami

Laissez votre e-mail et recevez nos infos
 

  Conditions générales de vente l Espace Client l Flash d'informations l Copyright & Mentions Légales l Conception : La Nauze Multimédia 2004